L'intelligence du Coeur.

Publié le par Gweltaz

LE CERVEAU DU CŒUR

Au cours des récentes années, des neuroscientifiques ont fait une découverte stimulante : le cœur a son propre système nerveux. Il possède au moins 40 000 neurones (cellules nerveuses), soit autant que dans divers centres sous-corticaux du cerveau. Le cerveau du cœur et son système nerveux relaient de l’information au cerveau du crâne, créant un système de communication à double sens.

Les signaux envoyés du cœur au cerveau affectent bien des régions et fonctions de l’amygdale cérébelleuse, du thalamus et du cortex, qui fonctionnent étroitement ensemble.

Cœur et cerveau, même combat…

Cœur et cerveau sont certainement les organes les plus importants de notre organisme. Et les liens qui les unissent sont nombreux. Vous l’avez certainement remarqué : à la moindre émotion, la moindre peur, votre cœur s’emballe. Mais ce que vous savez peut-être moins, c’est que les liens entre cœur et cerveau sont réciproques : calmer les battements de ce muscle permet de faire disparaître les tempêtes sous le crâne ! Il suffit pour s’en convaincre de voir comment le fait de prendre de grandes inspirations lorsque l’on est énervé permet de ralentir le cœur… et rasséréner le cerveau.

Recherches de John et Beatrice Lacey

Dans les années 70, alors que les scientifiques présumaient que le cerveau prenait toutes les décisions, deux physiologistes, John et Beatrice Lacey, du Fels Research Institute, firent une découverte cruciale.

Par l’étude d’innombrables électrocardiogrammes, ils sont parvenus à la conclusion qu’il existe comme une sorte de "cerveau du cœur", un réseau de nerfs et de neurones dans le cœur qui réagit aux émotions positives et négatives et peut s’en souvenir. Le cœur mémorise les pensées et les sentiments.

Ils ont découvert que, lorsque le cerveau envoyait des "ordres" au cœur à travers le système nerveux, le cœur n’obéissait pas automatiquement. Il réagissait plutôt comme s’il avait sa logique propre et non d’une façon purement mécanique. La réaction du cœur semblait dépendre de la nature de la tâche particulière à effectuer et du type de traitement mental qu’elle exigeait.

Nos battements cardiaques ne sont pas seulement les vibrations mécaniques d’une pompe appliquée, mais un langage intelligent. Ils découvrirent que les battements rythmiques du cœur se transforment en impulsions neuronales qui affectent directement l’activité électrique des centres cérébraux supérieurs, ceux qui sont engagés dans le traitement cognitif et émotionnel.

Source diverse61423_10151101500486626_374666218_n.jpg

Publié dans Spiritualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Odile 23/01/2013 10:20

Merci...